lundi 13 juillet 2009

LA VEILLEUSE revue d'art et de Littérature



Un casque à terre, un fusil brisé, des barbelés sur lesquels s'agrippent quelques fleurs. La vignette ornant la couverture de la revue La Veilleuse, annonce une de ses revues pacifistes à tendances libertaires, dans la lignée de "la revue littéraire des Primaires", Les Humbles, de Maurice Wullens ou Soi-même de Joseph Rivière.

La Veilleuse, si l'on en croit le catalogue Opale-plus de la BNF, commence en en mai 1917.

Le Sommaire de l'unique numéro que je possède - 3e année, N° 19, mars-avril 1919 - nous informe un peu plus. On y trouve :

M. Jourd'Heuil, gérant de la revue, avec Les Heures du Jour, long poème sur la guerre commencé sept numéros plus tôt.

Louis Castel, avec une nouvelle, Thérèse, l'histoire d'un couple d'amoureux séparés par la guerre, à son retour l'homme retrouve une Thérèse dont il devine qu'elle ne sut pas résisté aux hommes de passages - "les filles longtemps sages ont appris l'amour d'hommes qui passaient" - mais puisqu'ils s'aiment encore, qu'importe, puisque leur amour "n'est point tombé et puisqu'il a mûri aux caresses d'un autre, c'est moi qui cueillerai le fruit que cache mon amie..."

Marcel Millet (1), y donne deux poèmes écris aux Etats-Unis en 1918, Philadelphie et Nous Sommes tous...

Joseph Rivière (2), nous conte dans Obsèques, l'enterrement de son concierge, lui qui n'aime pas les convois funèbres, est obligé par convenances de participer aux diverses cérémonies - messe, enterrement, condoléances - scènes qu'il vit comme une lâcheté, une trahison de lui-même.

Quelques Poèmes Juifs traduits par Emmanuel Lochac (3).

Chronique Théâtrale par Pierre Berch.


(1) Marcel Millet (Cannes 1886 -?), poète, romancier, comédien, syndicaliste, il participera lui aussi aux Humbles. Pour en savoir un peu plus sur cet admirateur de Théo Varlet, voir la préface qu'il écrivit pour Invectives, poèmes de Charles Rochat et reproduite par l'excellent Eric Dussert dans son Alamblog, ainsi que l'intervention de Bernard-P. Guiremand au Colloque des Invalides, Les Ratés de la littérature (deuxième colloque des Invalides, 11 décembre 1998. Du Lérot, « En marge », 1999) et l'article de Louis Simon, Marcel Millet, dans Les Cahiers des Amis de Han Ryner, N° 99. On trouvera dans le N° 74 des mêmes cahiers un article de Marcel Millet intitulé Retour sur Willy et Varlet (Voir l'indispensable table des Cahiers des Amis de Han Ryner due à C. Arnoult sur le blog consacré à Han Ryner, à télécharger ici).

(2) Joseph Rivière participe à la revue Les Humbles, aux Cahiers Idéalistes d'Edouard Dujardin, il est fondateur de la revue Soi-Même (février 1917 à février 1919), il est l'auteur, en 1920, d'une biographie de Gérard Lacaze-Duthiers publié aux Editions de la Librairie d'Art Stravinos et Cie, Le Caire, éditeur qui publia la revue caïrote La Vie Nouvelle, dont Rivière était l'un des collaborateurs et le représentant pour la France (voir La Vie Nouvelle sur Livrenblog). Il est aussi l'auteur de la biographie de Camille Spiess publié chez E. Figuière en 1919.

(3) Emmanuel Lochac, disciple de Han Ryner, qui collabora lui aussi à La Veilleuse, il est l'auteur de Dimanche des malades aux éditions La Veilleuse (Voir Hommage à Emmanuel Lochac par André Devaux dans Cahiers des Amis de Han Ryner N° 45)





2 commentaires:

SPiRitus a dit…

Dans LES PETITES REVUES LITTERAIRES 1914-1939 (Répertoire descriptif), de Richard L. Admussen (Nizet, 1970), on trouve la notice suivante :

230. LA VEILLEUSE. Revue d'art et de littérature. Mensuel. 19 cm. Mai 1917 (n°1)-nov. 1918 (n°16) (?). Dir. : M. Jourd'heuil, 7, petite rue Saint-Jean, Chatellerault (Vienne).
CONTENU : Petites proses, poèmes, revues des livres et des revues, théâtre.
PRINC. COLLAB. : Pierre Berch, M. Jourd'heuil, G. Lambert, Philéas Lebesgue, Marcel Loumaye, Marcel Millet, Félix Roussel, Han Ryner, Marcel Sauvage.
COTE : BN : Jo.81728 (mq. n° 14, 15).

Le numéro présenté sur Livrenblog prouve que la revue connut une longévité plus importante que celle envisagée d'abord par Admussen. Il y eut sans doute un n°17 en décembre 1918, puis un n°18 en janvier-février 1919. Le n°19 serait-il le dernier ?

zeb a dit…

Merci à SPiRitus, pour ces précisions.
Amitiés.
N'hésitez pas à compléter les parcimonieuses informations fournies parfois un peu rapidement sur Livrenblog. Participez !