jeudi 11 septembre 2008

ZOLA mis en fiches. Edouard TOULOUSE.


« L’artiste est frère du criminel et du dément » Thomas Mann



Enquête Médico-psychologique sur les rapports de la supériorité intellectuelle avec la névropathie. I Introduction générale. Emile ZOLA par Edouard TOULOUSE chef de clinique des Maladies mentales de la Facultée de médecine de Paris. Médecin de l'Asile Sainte-Anne. Société d'Editions Scientifiques, 1896.

Ce fort volume in-12 de 286 pages, précédé d'une lettre d'Emile Zola et d'une préface de l'auteur (XIV pages) présente la particularité, à ma connaissance, tout à fait unique de se pencher sur les écrivains comme sur « de simples matières à observation », d'étudier les artistes comme sont examiné « à l'asile des sujets moins illustres mais non moins intéressants ». Voici un livre qui a la volonté d'utiliser l'analyse clinique pour connaître mieux les mécanismes psychiques des créateurs, qui mieux que Zola, qui voulait appliquer la méthode expérimentale de Claude Bernard au roman, aurait fait un meilleur cobaye pour le docteur Toulouse ?
Devant l'ampleur de l'enquête, l'auteur, se réservant le domaine de la neurologie et de la psychologie, dût faire appel à des spécialistes d'autres domaines médicaux et scientifiques pour nous donner un tableau scientifique et médical complet de Zola : Francis Galton enregistra ses empreintes de doigts, le Dr Manouvrier ses particularités morphologiques et prit les mesures du grand homme (notamment celle du crâne), le Dr A. M. Bloch évalua sa sensibilité cutanée, Charles Henry, l'ami de Félix Fénéon et théoricien du néo impressionnisme, utilisa son fameux dynamomètre pour mesurer la pression de sa main, le Dr Sauvineau vérifia sa vision, le Dr Bonnier ses capacités auditives, M. Serveaux, au nom si bien approprié pour le chef de la clinique des maladies mentales assista lui aussi le Dr Toulouse, M. Montet et le Dr Alb. Robin ont analysés les urines de l'auteur de L'Assommoir, M. J. Philippe a surveillé et noté ses temps de réactions, Alphonse Bertillon, de la Préfecture et inventeur du système de fichage du même nom, dressa sa fiche signalétique, Crépieux-Jamin expertisa son écriture, Jacques Passy son odorat, le professeur Albert Robin fut consulté à propos des troubles de la nutrition et le Dr Huchard pour les problèmes cardiaques, enfin, le Dr Galippe s'occupa de la dentition du chef de file du Naturalisme. Zola est ici mis en fiches, en tableaux, en graphiques, pesé, mesuré, analysé, comme un malade ou un criminel.
La recherche du docteur Toulouse portait sur les rapports entre les maladies mentales, notamment la névropathie, et la supériorité intellectuelle, ses études devaient se poursuivre avec d'autre personnalités intellectuelles, Henri Poincaré fera l'objet d'un volume (1), et avait d'ors et déjà collectés « des documents d'un haut intérêt » auprès de Alphonse Daudet, Puvis de Chavannes, Rodin, Dalou, Saint-Saëns, Berthelot, Jules Lemaître, et Edmond de Goncourt, pour tenter de démêler d'une manière scientifique les rapports entre la folie et le génie déjà constaté par Diderot et dont l'ineffable Cesare Lombroso avait fait en 1877 le sujet de son volume « L'Homme de génie ». Les conclusions de cette étude, on s'en doute, sont assez pauvre d'un point de vue médical, et ne confirme en rien qu'il existe des prédispositions tant à la névropathie qu'à la créativité. Il reste pourtant un document important pour la connaissance d'Emile Zola.


Bibliographie : Fernandez-Zoïla, le docteur Adolpho. «Les névropathies de Zola», Les Cahiers naturalistes, XXIX, no 57, 1983, pp. 33-49.
Jacqueline Carroy. « "Mon cerveau est comme dans un crâne de verre" : Émile Zola sujet d'Édouard Toulouse », Revue d'histoire du XIXe siècle, 20/21, 2000.

(1) Enquête médico-psychologique sur la supériorité intellectuelle : Henri Poincaré. Paris, Flammarion, 1910

Zola sur Livrenblog : La Vérification des bagages Emile Zola illustré par Fernand Fau. Zola intime par Henry Céard. Emile Zola dans le Reporter de Paul Brulat. L'Assommoir d'Emile Zola, étude critique, par Frederic Erbs.

1 commentaire:

...André Paillé a dit…

http://emilezolaparedouardtoulouse.blogspot.com/