vendredi 19 octobre 2007

Léon RIOTOR

Après la reproduction des Phalanstériens de Montmartre, il m’a semblé nécessaire d’en présenter l’auteur. Lyonnais, Léon Riotor est né en 1865 et mort à Paris en 1946. Léon Frapié dans un numéro du Sagittaire, revue de F.-A. Cazals, se charge de tracer le portrait de l’auteur des Raisons de Pascalin. Ne donnant jamais son avis sur les œuvres de son confrère, il se contente de dresser la liste de ses collaborations aux journaux et revues, de donner une liste de ses ouvrages, et un florilège de comptes-rendus piochés dans la presse. Afin de compléter un peu ce portrait, il faut signaler qu’en plus d’une carrière bien remplie dans les lettres, Riotor mena une carrière politique au Conseil Municipal de Paris. A propos de la période héroïque de Montmartre dont il est question dans le billet précédant, Riotor y reviendra en 1926 dans un roman à clef La Colle. Récit du temps de Montmartre, publié chez Fasquelle. Un roman qui se déroule entre le Chat Noir (Le Cloporte dans le roman), le Rat Mort, le Divan Japonais, etc. Les personnages y apparaissent pour beaucoup d’entres-eux sous leurs véritables noms : Emile Goudeau, Jules Jouy, Léon Bloy, Alphonse Allais, Paul Delmet, Aristide Bruant, Charles de Sivry, d'autre comme Rodolphe Salis (détesté par Riotor) ou Jehan Sarrazin, sont cachés sous des patronymes transparents. Un témoignage vivant, comme la description de La Vachalcade, inséré dans un récit assez classique sur le "collage" d'un sculpteur plein d'avenir avec une fille légère. Un témoignage sur les mœurs de la Butte et de la vie de bohème qui sera suivi d’un autre dans le même esprit (qu’il me faut encore trouver), Les Taches d’encre, publié en 1929.

Nos Collaborateurs

Léon RIOTOR

Par Léon Frapié

Le Sagittaire N° 4, septembre 1900

Je suis heureux de saluer Léon Riotor : il y a tant de gens qui s’affublent effrontément du titre d’homme de lettres pour avoir produit cinquante lignes de réclame ou de niaiserie sentimentale !
« Depuis qu’âgé de quatorze ans, il donnait ses premiers vers au supplément littéraire du Petit Lyonnais, Léon Riotor n’a jamais cessé de produire. »
Voici, en effet (d’après la Revue biographique contemporaine) la liste des publications auxquelles il a succintement (sic) collaboré : a la Réforme dernier journal de Gambetta ; le Réveil, le Mot d’Ordre, l’Evénement, l’Echo de Paris (1884-1886), le Figaro (1890-1892), le Journal (1892), la Nation et le Courrier du Soir (1890-1893), et toutes nos revues, parmi les quelles la Plume, le Mercure de France, la France Scolaire, la Revue Encyclopédique, etc. Il a publié divers Salons et étudié les artistes de ce temps dans l’Artiste, la Plume, la Revue populaire des Beaux-Arts, l’Album des Musées. Il a donné des nouvelles à la Revue Critique, à la Vie Populaire, à la Revue Illustrée, au Supplément de la Lanterne, au Soleil du Dimanche, au Gil blas illustré, au Bon Journal, à la Revue de l’Evolution, à la Revue des Journaux et des Livres, au Musée des Familles, à la Revue de France, etc., des romans à la Cocarde, au Petit National, à la Nation, à la France Nouvelle, à l’Ecolier Illustré, à la Lanterne.
Certes, dira-t-on, voici des références notables, et quelqu’un peut, avec elles, s’honorer du titre d’homme de lettres…
Et bien tout cela ne compte pas et ne vaut pas la peine qu’on en parle, vous dira modestement Riotor. Il y a une énumération plus sérieuse à faire, celle des ouvrages en librairie. Je la trouve sur la couverture d’une étude consacrée à Auguste Rodin, statuaire,publiée en quatre langues et mise en vente à l’occasion de son Exposition, et la voici :

OUVRAGES
de Léon RIOTOR

Poèmes légendaires

Le Pécheur d’anguilles.

Le Sage Empereur.

Fidelia.

Jeanne de Beauvais

ROMANS

Agnès.

L’Ami inconnu.

Le Pressentiment.

Le Pays de la Fortune.

La Vocation merveilleuse du célèbre cacique Piédouche.

Les Raisons de Pascalin.

THEATRE


L’Excuse, 1 acte (avec Felice Cavalotti).

Noce bourgeoise, 1 acte (avec Ernest Raynaud).

ESSAIS

Les Enfers bouddhiques.


Le Parabolain. – Le Sceptique loyal.

Sur deux Nomarques de Lettres.

Des Bases classiques allemandes.

Essai sur Puvis de Chavannes.

La Mode et le Mannequin.

Les Arts et les Lettres.

Il conviendrait d’ajouter un mot sur cette œuvre considérable, si je craignais qu’on attribue trop de complaisance à mon amitié pour Riotor. Je me bornerais donc à cueillir, dans un monceau de publications diverses, un bouquet d’appréciations sur quelques-uns des ouvrages énumérés ci-dessus.
De M. Edgar Base, dans la Fédération Artistique de Bruxelles, sur Jeanne de Beauvais :
« … Un poème théâtral, destiné au peuple, au plein air, comme les mystères de jadis et dont la portée archéologique et pittoresque s’allie (sic) curieusement à une prosodie brusque et vivante qui a dû tenter certes un jeune compositeur. La mise en scène de cette œuvre lyrique et l’envolée patriotique est réglée minutieusement, et l’œuvre serait certes vouée à un succès populaire. Elle se compose de quatre épisodes scéniques mouvementés et d’un caractère frappant. La coupe des vers rappelle parfois la sonore énergie du Sage Empereur, et le sentiment du drame y est élevé à une expression intense… »

Sur le Sage Empereur, ces quelques lignes d’une étude critique publiée dans la Réforme :
« C’est là, réellement, un beau poème légendaire, conçu en des idées riches de force et de paix, poème écrit en une poétique affranchie de la métrique conventionnelle « mais sobrement affranchie » ce qui me séduit au lieu de me déplaire… Le Sage Empereur est un livre à méditer par les princes de la terre. Cette œuvre est une page énorme de l’histoire du passé et une page claire et sobre pour l’histoire de l’avenir. »
Dans le même article, il est parlé de l’Ami inconnu « doux et joli roman. C’est l’amour qui se montre frivole et qui trompe longtemps pour enfin donner à la jeune vierge qui trépasse brisée, presque son illusion seule, car le baiser premier et suprême est si court au seuil de la fin des choses et des rêves humains… »
Au sujet du Sage Empereur, de M. Paul Dupray, dans l’Indépendance Belge : « C’est là un évangile versifié à l’usage du Souverain, un manuel ironique et philosophique et qui fut encore précurseur. Comment douter en effet que le Sage Empereur soit autre que Nicolas II ? Pourtant ce livre a, de quelque temps, précédé la circulaire du comte Mourawieff. Nul soupçon entre Riotor et ce ministre, de quelque connivence… (1) De M. J. –S. Barès dans le Réformiste : « quant à la forme, l’auteur a voulu briser la règle de Malherbe et de Boileau, devenue banale dans son cadre étroit, et ne se prêtant plus guère aux vivacités de formes et d’images qu’on peut espérer d’une philosophie plus libre dans une rhétorique plus ample. Il ne répudie pas absolument la règle, mais il s’en sert sans contrainte… ».

La vocation merveilleuse du célèbre cacique Piédouche, nous dit Camille de Sainte-Croix, dans la Petite République « est un bon roman de satire littéraire, dont maint pédant allégoriste gardera les marques ». « C’est une amusante et pétulante satire des mœurs méridionales. » (Mémorial de la Librairie.)
« On sent que M. Riotor a connu beaucoup de ces encombrants personnages. Quelques-uns semblent même être reconnaissables, aussi bien que la ville de Grabidous où se déroule la jeunesse de Piédouche et la Tanflique sur laquelle il navigue, n’est-ce pas Toulousain ? » (G. de Kéromen, Revue populaire des Beaux-Arts).
« On aurait tort d’y rechercher un recueil de philosophie transcendantale, en dépit des considérations et des réflexions comitantes qui suivent chaque chapitres, auquel les relie un fil assurément bien ténu. Mais quelle fantaisie piquante et quelle verve railleuse dans ces réflexions ! » (Eug. Gilbert, Revue Générale.)
« Le célèbre cacique Piédouche a pour aïeux Don quichotte, Pantagruel et Gulliver. Il ne fait pas mauvaise figure auprès de ses illustres prédécesseurs. » (Paul Aubriot, la Revue de France.)
« Cette œuvre est l’étincelante fantaisie d’un maître ironiste, la flagellante satire des Cénacles et des Petites chapelles. La raison y revêt des oripeaux de carnaval dont elle s’accommode joliment pour railler à son aise. Je ne connais pas de prose plus amusante, plus captivante, de gaîté plus folle et plus franche. » (Charles Grolleau, le Rappel.)
La place me manque pour donner sur les autres ouvrages de Léon Riotor et sur l’homme lui-même, les appréciations jadis publiées de Francisque Sarcey, Fernand Xau, Paul Alexis, Georges Auriol, Henri de Camboulives, Henri de Braisnes, Alphonse Boubert, J.-L. Croze, Edmond Lepelletier (Echo de Paris), Philippe Gille (Figaro), Louis Lumet, Charles Fainel, Georges Dessoinville, etc., etc.
D’ailleurs, il convient de laisser les lecteurs de cette revue se faire eux-mêmes leur opinion sur l’œuvre de Léon Riotor, et si, comme je le pense, cet écrivain est un artiste consciencieux, érudit et vibrant, ils en jugeront aussi bien que moi.

Léon Frapié


(1) Peu de temps après la publication de cet article, l’Evènement annonçait que la censure venait d’interdire l’introduction en Russie du poème le Sage Empereur.


Léon Riotor sur Livrenblog : Léon Riotor par Fernand Clerget et Louis Lumet. Les Phalanstériens de Montmartre. Léon Riotor dans La Poésie Moderne.

4 commentaires:

le Préfet maritime a dit…

Hello, je dois avoir un ou deux Riotor avec couverture. Si tu veux des scans...

zeb a dit…

Bien sur je suis toujours amateur d'images supplémentaires, mon disque dur en est plein mais il n'y en a jamais trop. J'envoie par ailleurs l'article de Varlet.
A bientôt.

Hydropathe a dit…

Tu es sûr de ta date pour les Tâches d'encre, le mien est de 1931

zeb a dit…

C'est effectivement une erreur, copiée je ne sais plus où, le catalogue de la BNF donne 1931. Comme quoi il faut toujours vérifier ses sources. Je n'ai toujours pas trouvé d'exemplaire de ce volume.